Nos conseils pour réussir vos rencontres

Article 34

Le coup de foudre : un "truc" chimique ? - Par Sophie Cadalen

Y aurait-il une explication "technique" à nos foudroiements amoureux ? Serions-nous les jouets de mécanismes instinctifs lorsque le sol vacille soudain, que notre cœur s'emballe et que nos mains deviennent moites ? Les hormones sont-elles responsables de nos stupeurs ridicules, de nos bégaiements puérils ? C'est ce que confirmeraient, lisons-nous partout, les récentes découvertes...

Des découvertes époustouflantes

Depuis que de nouvelles technologies ont révolutionné notre appréhension du corps humain, nous ne cessons de chercher – et de trouver apparemment ! – ce qui serait à l'origine de nos coups de cœur. L'imagerie médicale a isolé dans le cerveau des zones particulièrement actives lorsque la séduction opère. La biologie moléculaire a identifié certains processus en jeu quand nous tombons amoureux. Nos élections seraient dues à notre patrimoine génétique : on "reniflerait", sans le savoir, le partenaire compatible pour faire des enfants.

Enfin des réponses...

Ces théories scientifiques, à peine énoncées, sont adoptées sans réticence. Puisqu'elles s'appuient sur des faits tangibles, des données quantifiables et répertoriées, elles délivrent forcément La Vérité. Elles offrent une explication pragmatique à des questions qui jusqu'ici n'ont pas trouvé réponse : quelle est l'origine de l'amour ? Pourquoi nos sentiments vont et viennent ? Comment s'aimer longtemps ? A coup de câlins, nous apprennent ces études : ce qui libérera dans notre organisme de l'ocytocine, une hormone productrice de bien-être...

Les illogismes de l'amour

Car s'il est un domaine qui échappe à toute logique, devant lequel notre intelligence piétine, c'est bien celui de l'amour : on aime la personne qu'il ne faut pas, on ne voit pas celle qui est faite pour soi, on fiche en l'air des relations prometteuses pour s'accrocher à celles qui n'ont pas d'issues possibles. On veut rencontrer quelqu'un mais l'on se terre chez soi, et quand l'amour nous tombe dessus on avait mieux à faire à ce moment-là ! Quelles que soient les conduites à tenir ou les règles invoquées, l'amour, quand il déboule, ne cesse de les contredire. D'où le succès de ces affirmations scientifiques.

A l'épreuve des faits

Ces théories nous délivrent-elles réellement les clés qui nous manquaient ? Car si nos choix sont guidés par une finalité procréative, pourquoi tant de couples, qui le désirent tellement, ne peuvent-ils avoir d'enfants ? Le coup de foudre serait dû à une activation d'une partie de notre cerveau, mais pourquoi s'active-t-il précisément à ce moment-là, face à cet(te) autre-là ? La science observe les phénomènes, mais n'en connaît pas l'origine et les déclencheurs. Si l'odorat participe à nos attirances, pourquoi l'un préfère le patchouli et l'autre les agrumes ?

Des explications rassurantes

Et pourtant nous plébiscitons ces explications. Qui au fond n'expliquent pas grand-chose. En invoquant notre génétique, notre neurologie, elles nous épargnent toute responsabilité. Elles nous soulagent d'un inconscient qui, à l'œuvre dans l'amour, contredit nos bonnes intentions, nos belles résolutions. Elles ne prennent pas en compte notre histoire personnelle, les influences et modèles qui, à notre insu, ont dessiné nos préférences. Et qui, aussi sûrement que nos hormones, nous mènent là où nous ne savions pas vouloir aller...

Rencontrez les célibataires qui
vous correspondent vraiment

  • Faites gratuitement notre Test d'Affinités
  • Découvrez VOTRE sélection de célibataires
  • Entrez en contact

Aide en ligne

Trouvez toutes les réponses
à vos questions :